E-mail:

les floraisons au fil du temps

Lundi 20 avril

Comme vous l'aurez compris, les jours de pluie sont des jours à blog: profitons-en pour faire un petit "point fleurs".

Les vivaces pointent le bout de leurs nez alors que les tulipes et autres bulbes sont enfin arrivés.

Mes fleurs de Pétasites ont grandit, et leur association avec l'Euphorbe devient de plus en plus spectaculaire.

Tout deviens vert, (y compris la mauvaise herbe)  bref: c'est le printemps, le vrai!

Ensuite je voulais vous faire part d'une nouveauté: la création d'un bassin! (le jardin potager ne me donnant pas assez de travail :-)

A lui seul il mériterait bien une rubrique à part...

Pour le moment le trou à été creusé, la bâche à été posé (sur un géo textile) la mise en eau est faite.

A présent j’attends avec impatience de recevoir mes plantes aquatiques!


Vue en détail, et vue d'ensemble, avec Guini ma compagne de jardinage.  Pour vous donner une idée de la rusticité d'un Pétasite, vous pouvez voir qu'elle s'est échappée de la jardinière, et pousse directement dans le gravier. Plante à maîtriser absolument! (Elle irait divinement bien au bord du bassin, mais elle n'ira pas!)


tulipe

tulipe

couronne impériale


roses de noël

tulipe et euphorbe


LE BASSIN:

Il fait environ 3 par 5 m, la zone la plus profonde mesurant 80 cm de profondeur (obligé si je ne veux pas que mes nénuphars meurent de froid l'hiver).

Je l'ai construit dans un ancien poulailler clôturé, fermé afin de le préserver des animaux de compagnies comme la bestiole assise au milieu qui adore se mettre en mode tractopelle !

J'ai choisie de ne pas y mettre de poissons, que des plantes aquatiques et de berges.

Je compte sur la "faune  locale" (libellules, grenouilles, oiseaux)  afin qu'un écosystème se fasse naturellement.

Des plantes oxygénantes  y seront cultivées.

Quelle surprise de voir le mur se refléter dans l'eau!

La finition des berges s'est faite avec les mêmes pierres qui ont été enlevées lorsque nous avons creusé le trou.

Le bassin est enfin équipé d'une pompe. Le tuyau est camouflé dans les lauzes (ardoise locale) afin de créer une fontaine "naturelle".


A bientôt pour de prochaines aventures!

mercredi 29 avril

Aujourd'hui, arrêtons nous sur l'Euphorbe Griffithii Fireglow.

Plantée il y a deux ans, il me semble que cette année la demoiselle se révèle au grand jour!

En effet, chez les vivaces il faut parfois compter plusieurs années avant de bien les connaître.

Je pensais avoir fait l'acquisition d'une vivace "arbustive" telle que l'euphorbe "characias".

Et bien pas du tout!

Je m'aperçois qu'elle drageonne.

Des pousses arrivent de partout sans non plus dépasser le périmètre qui lui était destiné.

Elle ne semble pas envahissante.

Elle s'est implanté.

Cette euphorbe à la particularité de donner un spectacle de couleur assez rare.

Les feuilles sont brun-pourpre avec des nervure oranges et vire au rouge et jaune en automne.

Les fleurs sont rouges orangées vif.

Son port est buissonnant.

Ici elle s'est bien développée malgré l'humidité du climat (que soit disant elle n'aime pas).

Cette euphorbe est caduque.

En conclusion, je dirait qu'elle apporte une certaine luminosité au massif, et qu'un paillage foncé (type paille d'ardoise) lui va à merveille!


Ce même jour, les tulipes étaient givrées ! :-)


samedi 30 mai: le Lupin dans tous ses états.

Quelques nouvelles du jardin d'ornement.

En ce moment c'est la période du Lupin de Russel.

Planté il y a deux ans, j'ai disposé plusieurs pieds à différents endroits du jardin pour voir où il se plaisait le plus.

Ce n'est pas compliqué: il pousse partout (contre un mur au sain d'un massif, en isolé etc) !

Il lui faut quand même un minimum d'ensoleillement. Il supporte très bien la concurrence des voisins quels qu'ils soient.

De l'anti-limace (de préférence bio) en début de saison est le minimum que l'on puisse prévoir (malheureusement l'attaque de ces dernières peut lui être fatale).

S'il a résisté aux attaques, il vous fera un  spectacle avec de magnifiques hampes florales de 30 à 40 cm de hauteur.

Je l'ai choisie "rouge carmin" car cette couleur se marie avec tout, et chez nous il ressort particulièrement bien sur fond de mur en pierres.



LE SEDUM

Le sedum, petite plante vivace de rocaille à cette particularité de pousser dans "rien".

Ici il vie dans un pot métallique, qui n'est jamais arrosée sauf lorsqu'il pleut.

En ce moment il nous fait de ravissantes petites fleurs jaunes dorées.

On peut le "planter" dans les interstices d'un mur ou d'un muret ou même d'un escalier en pierre.

C'est aussi la plante idéale d'un balcon de citadin qui ne peut pas arroser lorsqu'il part en vacances.

Il est également possible de végétaliser des toitures avec du sedum!  Je vous invite à visiter ce site pour plus d'informations sur les toitures végétalisées.

En bref le sedum, c'est l'avenir!


LE BASSIN

Un mois après sa construction et sa végétalisation, quelques animaux se sont invités: des tritons, des libellules, des grenouilles.

Parmi les plantes aquatiques, certaines se sont développées rapidement comme le nénuphar.

Les vivaces plantées autour ont l'air de se sentir plutôt bien.




mardi 11 août: bilan de la canicule, point bassin...

Quand je parle d'un "bilan", vous allez me dire "ce n'est peut être pas fini!".

Oui, mais je pense que le plus dur est passé. Les journée commencent à raccourcir (oui je sais c'est déprimant de se le dire), les températures nocturnes sont plus fraîches, et la rosée du matin est bien là.

Cet été, ce fut l'été de toutes les bestioles! Pucerons, Pyrales, chenilles et compagnie.

Beaucoup d'entre vous ont déploré la perte de leur buis à cause de la Pyrale du Buis

Ici, rien du tout sur mes micro Buis qui poussent à deux à l'heure.

En revanche, certaines vivaces ont eu chaud... très chaud!

Le point en image:


Le Persicaire Amplexicaulis au Nord d'un mur, forcément plus protégé mais néanmoins bien grillé, puis le même au Sud d'un mur, complètement grillé.

Si vous regardez bien, des petites feuilles réapparaissent, c'est suite aux dernières averses! D'autres vivaces ont fait la même chose comme par exemple les lupins qui sous leurs tiges desséchées ont remis un feuillage tout neuf. Un deuxième printemps?

En effet, tout a été si rapide, et les fleurs sont passées si vite  que l'on a l'impression qu'un cycle végétatif serait prêt à recommencer.

Bon, ne rêvons pas trop...


Acanthus Mollis:  elle fait partie de celles qui ont apprécié la chaleur. Pour la première fois nous avons eu droit à de magnifiques hampes florales.

Les fleurs de Lys se sont faites manger pour la première fois par une bestiole qui après identification s’avère être: le Criocère du Lys! Insecte d'origine Asiatique qui aurait colonisé l'Europe depuis les années 2002! 

Sur la photo c'est soft...

La Glycine!! Sur cette photo, c'est sa troisième floraison! Habituellement il n'y en a que deux.

The last, but not the least! Le bassin...


Globalement les végétaux se sont bien développés. Deux reinettes ont élus domiciles. Sur la photo de droite: Hippuris vulgaris. Elle forme de jolies grappes qui surgissent hors de l'eau. Sa fonction en plus d'être jolie est d'oxygéner l'eau du bassin.

Un Sedum sur le point de fleurir.

Tenez vous à l'ombre, et à bientôt!


Jeudi 22 Octobre: chanson d'automne

FLEURS EN LUMIÈRE

Dalhia

Asters



FEUILLES EN LUMIÈRE

Sumac de Virginie

Euphorbe

Cotinus


GRAPHISMES EN LUMIÈRE

Hippuris Vulgaris

Prêle

Bambou


PAYSAGES EMBRUMÉS EN LUMIÈRE

(cliquer sur les photos pour agrandir)



Mardi 19 Janvier 2016: les travaux de l'hiver ou comment faire cohabiter ses animaux et ses fleurs.

L'hiver est une saison ou il ne se passe "rien", c'est là qu'il faut profiter de ce calme végétal pour revoir certains aménagements.

L'an dernier, après l'arrivée de notre chien-loup qui comme tout les chiens ne fait aucune différence entre un massif de fleurs et un terrain de jeux, il a fallu trouver des solutions pour la guider vers "le droit chemin". Autrement dit, improviser des bordures pour l'empêcher de passer et de détruire/creuser/déterrer les fleurs.

Forte d'un bon caractère, notre poilue à quatre patte  respecta le système D de départ qui était: des ficelles en chanvre reliées par des piquets en bois.


MAIS ÇA C'ÉTAIT AVANT!

Aujourd'hui, je vous rédige ce petit article pour vous faire partager ma dernière trouvaille: la mise en place de bordures solides, pas chères, et pouvant se décliner en plusieurs versions.

La matière première: du fer à béton (si mes souvenirs sont bons, compter au moins 10 mm de diamètre).

La matière secondaire: un bon copain ferronnier qui peut vous le cintrer.

Souvenez-vous du jardin potager tôt au printemps. J'utilise des cerceaux pour faire pousser des cultures forcées.

Pour les bordures, il vous suffit simplement de les enfoncer dans le sol d'à peu près 15 cm de profondeur, soit les une à la suite des autres, soit en se chevauchant, comme je l'ai fait, façon "rosace".

Ici le format est grand et d'ailleurs cela donne un effet sympa. Imaginons de tout petits cerceaux, ou pourquoi pas immenses? Et pourquoi pas les deux? Petits sous grands etc...

On peut même pousser l'esthétique jusqu'à les peindre (après avoir passé un coup de Rustol avant pour ne pas que ça rouille)

Si le copain ferronnier est vraiment sympa, on peut aussi imaginer des volutes ou d'autres motifs... bref, à vos créations!!

Finalement l’intérêt de "rock'n'rolliser" ses bordure, c'est d'animer son jardin quand il n'y a plus rien. 


C'est promis, je posterai des photos de l'installation au printemps quand tout sera vert et coloré!

Printemps 2015

2 commentaires